Bâtiments modulaires : le marché de la location en hausse

Près de 80% des entreprises du secteur ont vu leur carnet de commande s’étoffer sur ce type d’offres en 2018, indique l’enquête de conjoncture annuelle réalisée par le cabinet de conseil Asterès pour l’Association de constructions industrialisées et modulaires (ACIM).

profits-1953616_640

Malgré un ralentissement de la croissance à l’échelle nationale, y compris pour l’ensemble des métiers de la filière bâtiment (+2,3% l’an dernier, après +4,9% en 2017 selon la FFB*), le marché plus spécifique de la construction modulaire « résiste » et affiche des résultats encore positifs : c’est le principal constat dressé par l’ACIM et Asterès dans leur étude conjointe visant à mesurer le niveau de commandes enregistré dans le secteur sur l’ensemble de l’année 2018.

Dans le détail, la note de conjoncture isole deux données principales, corrélatives l’une de l’autre : le chiffre d’affaires annuel global dégagé par les entreprises adhérentes de l’Association – en hausse +6,1% – et le volume de l’activité « location » (+16%) qui alimente largement cette dynamique (78% des acteurs du marché ont connu une augmentation de leurs recettes sur ce segment). L’autre volet de l’activité, relatif à la vente de structures préfabriquées, stagne entre 2017 et 2018.

En ce qui concerne les débouchés, Asterès observe une forte hausse des livraisons vers le BTP (+14%), loin devant la commande publique (celle des administrations, +4%) et l’industrie/services (+1%). Sans surprise, les chantiers représentent plus du tiers (34%) du CA réalisé par les entreprises spécialisées dans le modulaire.

Louer du modulaire : quelle solution ?

Au 31 décembre 2018, le taux de location de ce type d’équipement s’élevait à 78% de la demande globale, preuve que cette formule apparaît comme la plus apte à répondre aux logiques actuelles d’investissement des entreprises et des collectivités, soucieuses de maîtriser leur budget immobilier en recourant à des solutions provisoires de qualité, comparables dans le confort, la fonctionnalité et le coût énergétique, aux locaux édifiés en dur.

Rappelons qu’il existe une voie mixte –ou intermédiaire – entre l’achat d’une construction modulaire et la location : le crédit-bail, véritable alternative au prêt bancaire classique, est un mode de financement particulièrement adapté aux secteurs d’activité qui utilisent des bâtiments préfabriqués de façon permanente. Au cours d’une période contractuelle dont la durée est prédéfinie à l’avance, l’utilisateur jouit du bien sans en être le propriétaire, moyennant le versement d’un « loyer » ou d’une redevance au bailleur. Toutefois, si une « option d’achat » a été prévue lors de la signature du crédit, l’emprunteur peut saisir, à moyen terme, l’opportunité d’acquérir l’ensemble du matériel à sa valeur résiduelle : celle-ci correspond en général à son prix de revente après usage lorsqu’il est écoulé sur le marché de l’occasion.

*Fédération Française du Bâtiment.

Commentaires fermés