Le bâtiment modulaire, solution d’avenir pour les maires français

Après leur congrès national qui s’est tenu en novembre et à moins d’un mois des élections municipales, les élus des communes affichent leurs priorités en matière de construction.

france-664858_1280

Dans les villes et les villages, les données démographiques bougent : d’après les derniers chiffres « officiels » recueillis par l’Insee, plus de la moitié des communes de la métropole (20 800) ont gagné des habitants au cours de la décennie. Parmi elles, 5 400 collectivités ont vu leur population progresser  d’au moins +10% entre 2010 et 2015. Cette croissance s’est notamment fait sentir dans les villes moyennes (70% d’entre elles ont connu une courbe positive) et dans les deux-tiers des  grandes  zones urbaines de plus de 100 000 âmes.  Des tendances qui transparaissent dans une étude CSA commandé par un acteur* de la construction modulaire en marge du salon des maires qui s’est tenu, à Paris, en novembre dernier : 46% des élus interrogés affirment connaitre, sur leurs territoires respectifs, un sursaut voire un bond démographique (seuls 17% ont signalé un résultat inverse). Pour la majorité de édiles concernés, ce bilan positif, qui résulte d’excédents naturels et de flux issus d’apports migratoires (retour à la campagne des ménages désireux d’accéder à un logement moins cher qu’en ville),  posent des nouveaux enjeux  urbains : l’un deux visent notamment à redimensionner le service public pour absorber ce surcroît de demandes sans s’exposer à un risque de dérapage budgétaire.

Le modulaire plus rapide et moins cher

D’après le baromètre « Regards et attentes des élus sur leur territoire et leur urbanisme », établi sur la base d’un échantillon représentatif de 200 maires, 59% des sondés ambitionnent de construire de nouveaux espaces de santé pour enrayer le processus de désertification médicale, surtout en zone rurale. Et 42% souhaitent développer leurs infrastructures d’accueil et leur offre scolaire (crèche, école, collège…), tout en sauvegardant l’équilibre de leurs comptes municipaux, priorité des priorités citée par 87% d’entre eux. Difficile équation que la solution modulaire est capable de résoudre : dans le contexte actuel, 61% des maires interrogés estiment  qu’il est  nécessaire de disposer d’un parc immobilier évolutif  capable de s’adapter rapidement aux fluctuations de population et « à la cyclicité des besoins » qui en découle.

L’étude ajoute que 71% des collectivités de plus 5 000 habitants (et plus) ont déjà testé la construction modulaire, pour des raisons tant pratiques (souplesse administrative, gain de temps et situation d’urgence) que financières. A l’écart des grandes villes et de leur zones périurbaines, les marge de progression de ce marché est très grande car l’immense majorité des maires (30 000 sur 35 000) exercent leurs missions dans des communes de moins de 2 000 administrés.

Rappelons que le prix d’un projet immobilier préfabriqué est, selon les modèles et leur usage, de  5 % à 30 % moins cher que celui d’un bâtiment édifié en dur. Ce bénéfice est d’autant plus profitable pour les entreprises concernées qu’il ne contrevient en rien à la qualité du matériel assemblé : les structures modulaires à usage professionnel sont, légalement, conformes aux mêmes règles de sécurité et de confort que celles de l’immobilier d’entreprise traditionnel.

*Algeco

Commentaires fermés